Fête nationale: Six choses à savoir sur le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées
20 minutes

Répétitions du défilé du 14-Juillet, le 12 juillet 2018 à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Deuxième défilé du 14-Juillet ce samedi pour
Emmanuel Macron. Alors que des centaines de milliers de Français espèrent déferler dimanche sur les Champs-Elysées en cas de victoire des Bleus en finale du
Mondial, ce samedi ce sont les formes armées qui sortent le grand jeu sur la célèbre avenue parisienne. Revue de six informations incontournables sur le traditionnel défilé militaire.

Deux pays asiatiques à l’honneur

Le président Emmanuel Macron, dont c’est le deuxième défilé depuis son élection en mai 2017, descendra vers 10 heures la célèbre avenue parisienne à bord d’un «command car», avant de rejoindre la tribune présidentielle place de la Concorde d’où il assistera aux festivités.

Après le président américain Donald Trump l’an dernier, le Premier ministre singapourien Hsien Loong et le ministre des Affaires étrangères japonais Taro Kono seront les invités d’honneur du chef de l’Etat, alors que la France a entrepris de renforcer ses liens militaires en Asie-Pacifique.

L’année 2018 marque le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon tandis que, depuis 20 ans, des pilotes de chasse singapouriens sont formés sur la base française de Cazaux (Sud-Ouest).

Les drapeaux des deux pays asiatiques ouvriront le défilé aux côtés de l’emblème français, escortés par sept soldats de chaque nationalité.

Thomas Pesquet dans le ciel de Paris

Auparavant, 64 avions perceront le ciel parisien, dont les Alphajet de la prestigieuse Patrouille de France, avec à leur bord trois blessés de guerre issus des Forces spéciales.

Dixième Français à être allé dans l’espace, Thomas Pesquet aura le privilège de voler au-dessus du public à bord d’un Rafale.

L’avion ravitailleur A330 MRTT Phénix effectuera son premier défilé. Le Mirage 2000-N, lui, volera pour la dernière fois.

Hommage aux secouristes après les ouragans Irma et Maria

Un hommage particulier sera rendu aux unités envoyées au secours des populations locales après le passage dévastateur, en septembre dernier, des ouragans Irma et Maria dans les Antilles françaises.

Les 5 et 6 septembre derniers, Irma a endommagé 95% du bâti sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy, soit 20.000 constructions, faisant 11 morts et des centaines de millions d’euros de dégâts. Le 19 septembre,
l’ouragan Maria frappait la guadeloupe.

«Une démonstration de force»

Au total, quelque 4.290 militaires, 220 véhicules, 250 chevaux, 64 avions et 30 hélicoptères participeront à l’édition 2018 de ce défilé de près de 2 heures, organisé autour du thème de la «fraternité d’armes».

Parmi eux, des gendarmes espagnols, des blindés belges et un A400M de l’armée de l’Air allemande.

Le traditionnel défilé du 14-Juillet est «une démonstration de force», qui «dépasse la simple commémoration», souligne le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, dans un entretien publié samedi dans le magazine Famille Chrétienne.

Un dispositif de sécurité hors norme

Quelque 12.000 membres des forces de l’ordre sont mobilisés dans Paris et sa région à l’occasion de la fête nationale et en prévision du match de dimanche, où l’équipe de France espère battre la Croatie pour remporter une deuxième coupe du Monde.

Pour le défilé militaire une zone de protection – une disposition de la loi renforçant la sécurité intérieure adoptée en octobre 2017 – sera testée. Elle permet de contrôler et de réglementer l’accès du public en organisant des palpations de sécurité ou des fouilles de sac. Des vérifications d’identité sont également possibles. 

>> A lire aussi : Paris: 14-Juillet et finale de la Coupe du monde… Quelles sont les stations de métro fermées?

>> A lire aussi : Défilé du 14-Juillet: «On est plus souvent confronté à des gens qui nous sifflent qu’aux applaudissements»

Source primaire: 20minutes

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter